• Quand le rêve vire au cauchemar...

    Depuis lundi le temps passent lentement, je vais travailler mais la tête ailleurs...
    et puis mercredi matin, assise à mon bureau j'ai cette étrange douleur très discrète dans l'aisne que j'ai lors du début de mes règles...
    Je vais aux WC histoire de vérifier et là je fonds en larmes, je crois à ce moment là que je fais la fc tant redouter...
    le temps d'appeler Mickael de réunir mes affaires, de prévenir mes collègues que je dois partir et à 11h je quitte le bureau.
    Arrivés au secretériat, la gynécologue qui m'avait reçu lundi me reconnait et voyant mon "état" me fait entrer directement en consult après avoir repris mon nom pour mon dossier.
    Elle m'osculte et me dit qu'en effet on dirait bien une fc... elle me fait alors une échographie et l'embryon est toujours là.
    L'activité cardiaque est bien visible, il fait maintenant plus de 3mm il a don bien évolué. elle constate également un petit décollement...
    Malgrés ces pertes de sang je me sens un peu rassurée, elle m'arrête jusqu'au vendredi et moi j'espère que ce petit bout va encore avoir évolué.

    je passe mon temps allongée sur le canap', je ne me lève que pour aller au wc... le temps passe encore plus lentement...
    Le fameux vendredi arrive enfin, apres une demi heure d'attente je rentre enfin en consultation.
    Le gynéco m'installe et me fait une echo, il me dit qu'il y a bien une grossesse évolutive je suis sur le coup ravi puis quand il dit un embryon de 3mm tout s'éfondre... il nous explique que le sac vitellin est trop "gros" et que cela signifie souvent anomalie génétique et donc FC.
    Le contact avec ce gynéco "homme" n'est pas le même que celle que j'avais vu précédemment, on sent bien la différence du vécu, il me dit que c'est une sorte de tri naturel, que c'est fréquent... et moi j'entends encore "bla bla bla".
    J'en ai tellement assez de cette phrase! comme si le fait que ce soit chose courante devait rendre l'épreuve plus facile à surmonter, comme si ces mots devaient atténuer la douleur...
    J'ai maintenant rdv dans 15j et ne sait plus quoi espérer, la fc rapide ou que l'embryon tienne les 15j avec le doute avant le rdv, un embryon qui s'accroche mais n'évolue pas? une malformation décelée plus tard?...
    Mickael reste persuadé que tout ira bien, moi non, les pertes de sang sont plus abondantes, j'ai des petites douleurs aux ventre et dimanche soir j'arrive même à "compter" des contaxions toutes les 6 minutes qui dure 1h environ...

    J'ai une crainte, que l'embryon soit déjà parti mais que moi je ne m'en apperçoive pas, que je continue d'espérer sur un ventre vide...
    Le mardi suivant en me levant une douleur un peu plus vive, je m'allonge, cette douleur persiste au moins 1 minute puis passe, puis plus rien. En me relevant plus tard, je sens toujours les pertes mais aussi quelque chose d'autre...
    Cette fois ça y est c'est bel et bien fini, l'embryon a fini par se décroché... je perd un "caillot" d'environ 2cm de diamètre, difficile de passer innaperçu.
    Je m'effondre en larme, je sens bien que pour Mickael la chute est rude aussi...
    Puis dans l'après midi me sens comme soulagée, comme de nouveau "libre".
    Le soir même il me faudra 3h avant de trouver enfin le sommeil.

    Le lendemain, mercredi donc, je me lève las, pas envie de me lever... ce sentiment de vide, il me manque quelque chose :(
    Nous retournons à la maternité dans la journée pour voir si tout à bien été évacuer et s'il n'y a pas de complications à craindre. Une nouvelle écho confirmera qu'il n'est plus là... 
    Depuis toujours ce vide et cette colère qui m'envahit, ce sentiment d'injustice...
    J'entends souvent "c'est que ce n'était pas le bon moment" pourtant s'il y avait un bon moment c'était bien celui-ci...
    Tout s'organisait à merveille, trop bien d'ailleurs.
    Maintenant il va me falloir accepter d'être vide, accepter de ne pas avoir ce bébé d'hiver que je voulais tant, faire le deuil de cet avenir qu'on s'était imaginé...
    Aujourd'hui je me surprend la main caressant mon ventre et me rend compte alors que ce que je fais n'a aucun sens...
    Il faut du temps pour surmonter ça, on passe de femme enceinte à "rien" ce qui est déjà déstabilisant quand lors d'une grossesse à terme après l'accouchement l'attention passe sur le bébé, là il n'y a rien, on passe de enceinte à faire attention à plus rien...

     

    Parce que "le deuil d' un bébé pendant la grossesse ou après, ce n' est pas le deuil du passé, comme le deuil d' un adulte, c' est le deuil de l' avenir, le deuil du futur et des projets qui viennent avec.


  • Commentaires

    1
    emilie
    Dimanche 17 Juin 2012 à 23:17
    De tout coeur avec vous ma belle. Ce vide immense je le connais, et sais comme ça fait mal. Pleins de bisous
      • bbLodilodi Profil de bbLodilodi
        Lundi 18 Juin 2012 à 21:32
        oui encore aujourd'hui ce vide prend une place énorme... merci ma belle!
    2
    le papillo,
    Lundi 18 Juin 2012 à 16:23
    courage ma lodi, le temps sera ton allié.
      • bbLodilodi Profil de bbLodilodi
        Lundi 18 Juin 2012 à 21:33
        Merci joli papillon! j'aimerais d'ailleurs hiberner quelques temps histoire que ça passe plus vite... Vivement que tout cela me soit moins difficile...
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :